aller à la navigation

Comment aider et parler à un mourant ? (Eric Baret) décembre 1 2008

Infos : , ajouter un commentaire

« Ce que l’on dit à un mourant ne compte pas. C’est votre paix intérieure qui aidera le mourant. Seul compte de ne pas se prendre pour une personne. […] L’important, dans la chambre d’un mourant ou quand vous pensez à lui, est votre ouverture. Vous vous dépouillez de votre corps, de vos espoirs, de vos prétentions à être un être humain. [Si] vous laissez tous ces concepts mourir, [alors] vous le sentez se libérer de ces concepts. Là, vous accompagnez, vous aidez. Mais quand vous dîtes : “Cette personne est atteinte du sida, elle est complètement désespérée!”, votre aide est vraiment limitée. Quand vous rendez visite à un enfant de cinq ans qui va mourir, si, chaque fois, vous êtes traumatisé, il vaut mieux ne pas aller le voir, parce que vous ne pourrez pas l’aider. Seule votre tranquillité peut aider. Quand le chirurgien opère, c’est sa tranquillité qui fait le succès de l’opération. Accompagner quelqu’un qui part n’est possible que si vous êtes capable de partir avec lui.

Dans cette tranquillité, il n’y a pas de jugement et rien pour rendre coupable. C’est la même chose avec une personne vivante. Vous avez la même attitude. Vous avez abdiqué complètement ce que vous prétendez être et suivez la personne qui est avec vous. Il faut toujours épouser l’environnement. »

Eric Baret
Les crocodiles ne pensent pas
(Almora)


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 301 articles | blog Gratuit | Abus?